La fidélité selon Sainte Viviane

De nombreuses histoires ont nourri mes années de travail avec les oiseaux. Celle des perruches Viviane, Hermès et Loki est probablement l’une des plus amusantes à raconter.

Au sein de la volière, Viviane et Hermès formaient l’un des couples les plus stables.

Certes, Hermès n’était pas le plus fidèle des compagnons. Il s’adonnait régulièrement à la bagatelle avec Sîtâ, sa maîtresse en titre. Viviane laissait faire : Hermès revenait toujours auprès d’elle ; c’était avec elle qu’il passait la majorité de son temps, à elle qu’il lissait longuement les plumes. Le jour où son compagnon tenta sa chance avec une seconde maîtresse néanmoins, elle exprima clairement son désaccord : à peine Hermès eut-il le temps de grimper sur Callisto qu’on vit débouler Viviane, toutes griffes dehors, mettant fin à l’acte manu militari.

Viviane, de son côté, se montrait étonnamment fidèle. Depuis des mois pourtant, Loki lui tournait autour. Loki avait toujours été volage : je l’ai vu copuler avec toutes les oiselles de la volière, ou presque. Viviane cependant refusa toujours ses avances, et ce malgré l’assiduité et les ardeurs de son soupirant.

Lorsque vint le temps de la reproduction, le couple s’installa dans un nichoir. Viviane pondit quelques œufs (nous savions, pour l’avoir vérifié, que l’un d’entre eux était fécondé). Hermès couvait incessamment le jour et la nuit, Viviane prenait son tour. Profitant de l’absence de son oiselle, Hermès s’autorisa tout de même une petite incartade avec Nephtys. Viviane quant à elle refusait toujours les ardeurs de Loki, et ce malgré les tentatives de ce dernier pour passer l’entrée du nichoir.

L’œuf finit par éclore. Il en sortir une petite créature déplumée, aussi laide que savent l’être les bébés oiseaux. Baptisé Éole, l’oisillon développa peut à peu un duvet clair, avant qu’apparaissent les prémices de ses plumes définitives. Nous étions impatients de savoir qui, de Viviane ou d’Hermès, lui aurait transmis ses couleurs.

Quelle ne fut pas notre surprise de découvrir que le plumage d’Éole ressemblait en tout points à ce lui de… Loki…

Les perroquets ne sont pas des animaux exclusifs. S’ils forment en effet pour la plupart des couples durables, cela ne les empêche pas de créer des liens et d’établir des relations positives avec de nombreux autres individus. Ni d’aller voir ailleurs quand l’occasion se présente…

 

*Pour aller plus loin*

👉 (Re)voir la vidéo portant sur l’exclusivité chez les perroquets :

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *