Le langage est-il le propre de l’homme ?

 

Le langage est difficile à définir en termes objectifs.

Pour certains, il serait unique aux hommes. Mais cette perspective est controversée. En effet, nous tendons souvent à donner au langage une définition telle qu’elle ne peut exister que chez l’être humain. Cette procédure est très discutable sur le plan scientifique.

S’il s’avère très difficile de donner une définition figée du langage, on peut cependant en proposer certains critères.

7 caractéristiques du langage humain sont particulièrement (re)connues. Certaines de ces caractéristiques se retrouvent au sein du règne animal. En voici quelques exemples.

 

    • Sémanticité – le signal doit avoir une signification.

– le perroquet Alex était capable d’utiliser certains mots humains à bon escient

– le chimpanzé Nim Chimski utilisait certains signes de la langue des signes à bon escient

– les abeilles peuvent transmettre des informations par le biais d’une danse frétillante, dont les différentes parties ont une signification particulière

 

    • Arbitrarité – il n’existe pas de correspondance naturelle entre le symbole et l’objet. Par exemple les abeilles dansent selon un angle qui correspond à l’angle entre la direction du soleil et une source de nourriture. Leur symbole n’est donc pas arbitraire.

–  le perroquet Alex et le chimpanzé Nim étaient capables d’utiliser le langage humain, et donc capables d’arbitrarité.

 

    • Double articulation – des petites unités de sens sont combinées entre elles pour donner des unités de sens plus grandes.

–  le perroquet Alex savait que « car » désignait une voiture, « pet » un animal de compagnie et que la combinaison de ces deux petites unités « carpet » avait aussi une signification (tapis en anglais)

 “Plusieurs individus non-humain ont prouvé qu’ils pouvaient utiliser une communication reprenant certaines caractéristiques du langage humain.”

 

    • Productivité – les signaux sont combinés entre eux afin de produire des énoncés uniques. Les possibilités de combiner les mots du vocabulaire d’une langue sont quasiment infinis.

– Dans une certaine mesure, Alex et Nim pouvaient combiner certains mots entre eux, et donc faire preuve de productivité.

 

    • Déplacement – on peut communiquer à partir de quelque chose qui n’est pas présent physiquement.

– le perroquet Alex et le chimpanzé Nim étaient capables d’utiliser le langage humain, et donc de déplacement.

– de même, les abeilles peuvent communiquer sur une source de nourriture qui n’est pas présente.

 

    • Transmission culturelle – le langage se développe après la naissance d’un individu, dans un contexte social et culturel.

– La guenon Whashoe a transmis quelques mots de la langue des signes à son fils adoptif, Loulis. Loulis est donc le premier primate non-humain à avoir appris la langue des signes par un autre primate non-humain.

 

    •  Utilisation spontanée – le langage est utilisé de façon spontanée.

– Alex, Nim, Washoe et Loulis utilisaient spontanément des énoncés pour communiquer.

– De même, les abeilles effectuent spontanément leur danse pour transmettre des informations à leurs congénères.

 Plusieurs individus non-humain ont donc prouvé qu’ils étaient capables d’utiliser une communication reprenant certaines caractéristiques du langage humain.

 

 

*Pour aller plus loin*

👉 Pour (re)voir la vidéo sur l’utilisation du langage humain chez les perroquets :

👉 Quelques expériences de Pepperberg avec le perroquet Alex :

Pepperberg, I. M. (2006). Ordinality and Inferential Abilities of a Grey Parrot (Psittacus erithacus). Journal of Comparative Psychology, 120-3 : 205-216.

Pepperberg, I. M. (2007). Grey parrots do not always “parrot” : the roles of imitation and phonological awareness in the creation of new labels from existing vocalization. Language Science, 29 : 1-13.

Pepperberg, I. M. & Gordon, J. D. (2005). Number comprehension by a grey parrot (psyttacus erithacus), including a zero-like concept. Journal of comparative psychology, 119-2 : 197-209.

👉 Le livre Alex and Me, où se trouvent un grand nombre d’anecdotes sur l’utilisation du langage humain par Alex :
Pepperberg, I. M. (2008). Alex & Me: How a Scientist and a Parrot Discovered a Hidden World of Animal Intelligence–and Formed a Deep Bond in the Process. Harper edition.

👉 Découvrir l’histoire du chimpanzé Nim Chimsky : https://www.courrierinternational.com/article/2008/07/24/le-chimpanze-qui-se-prenait-pour-un-enfant

👉 Eléments scientifiques sur la danse des abeilles : https://www.sciencedirect.com/topics/neuroscience/waggle-dance

 

Crédits images : 

Image par Free-Photos de Pixabay 

Image par Clker-Free-Vector-Images de Pixabay 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *