Le perroquet, ce prédateur !

On entend souvent dire que les perroquets sont des proies. Dans la nature, ils sont en effet souvent chassés par des espèces plus imposantes. Ce que l’on sait moins, c’est que les perroquets sont  aussi… des prédateurs.

Un prédateur est un animal qui se nourrit de proies. Dans l’imaginaire collectif, une proie est un petit animal innocent (le plus souvent un bébé mammifère mignon), qui finit dévoré par plus gros que lui… En réalité, tout organisme vivant peut être une proie, à partir du moment où il est consommé par un autre organisme. Lorsqu’ils se nourrissent de graines, de fruits ou de fleurs, nos perroquets sont donc bien des prédateurs !

Dans la nature, très peu d’espèces sont exclusivement des proies ou des prédateurs : on est généralement un peu les deux.

Certes, la chasse à la graine ne demande sans doute pas autant de férocité que celle à l’antilope, d’où l’idée qu’en captivité, nos perroquets réagissent essentiellement avec un instinct de proie. En la matière, certains psittaciformes se montrent cependant plus carnivores que d’autres…

Plusieurs espèces se nourrissent notamment d’invertébrés. Par exemple, dans le régime alimentaire varié des perroquets de Meyer, on trouve des arthropodes (Boye & Perrin, 2009). Les conures de vieillot, elles, mangent des galles de larves (Martuscelli, 1994). Les galles sont des excroissances qui se développent sur les plantes, autour de certains œufs de parasites. Les conures tiennent les galles dans leur patte et l’ouvrent avec leur bec pour manger la larve qui s’y trouve.

Certains perroquets chassent les moutons pour se nourrir !

Des arthropodes et des larves… Petits joueurs, me direz-vous. Et pourtant, certains perroquets vont jusqu’à chasser pour se nourrir !

De rares comportements de prédation ont par exemple été observés chez les perruches des Antipodes. Leurs victimes ne sont ni plus ni moins que les représentants d’une autre espèce d’oiseaux : les océanites néréides.

Les kéas, ces perroquets endémiques de Nouvelle-Zélande, s’attaqueraient même aux mammifères. On a en effet retrouvé sur certains moutons de larges blessures imputables aux kéas. Les plaies se trouvent au niveau de la région lombaire, le meilleur point d’attaque possible pour ces perroquets de taille moyenne. Dans une interwiew, les auteurs expliquent qu’il s’agit probablement d’un comportement de predation !

Plaie effectuée par un kéa sur un mouton – photo tirée de l’article de Reid et al. (2019)

 

Alors, me demanderez-vous peut-être, lorsque Coco m’attaque sauvagement depuis l’autre bout de la pièce, c’est son instinct de prédation qui s’exprime ? Eh bien… non. Car dans la nature, la majorité des espèces de perroquets restent relativement pacifiques, et ne s’attaquent pas à plus gros qu’eux. L’agressivité chez nos oiseaux d’appartement est donc bien un comportement induit par la captivité, qui trouve souvent son origine dans les relations qu’ils entretiennent avec leurs humains.

 

Ces quelques observations témoignent cependant d’une grande variété alimentaire chez les perroquets, qu’il est important de préserver en captivité !

 

*Pour aller plus loin*

👉 Les références à partir desquelles j’ai écrit cet article :

Boyes, R. S. & Perrin, M. R. (2009). The feeding ecology of Meyer’s Parrot Poicephalus meyeri in the Okavango Delta, Botswana. Journal of African Ornithology, 80(3):153-164

Greene, T. C. (1995) Aspects of the ecology of Antipodes Island Parakeet ( Cyanoramphus unicolor) and Reischek’s Parakeet (C. novaezelandiae hochstetten) on Antipodes Island, October. Notornis, 46:300-310.

Martuscelli, P. (1994). Maroon-bellied Conures feed on gall-forming homopteran larvae. The Wilson Bulletin, 106(4):769-770.

Reid, C. E., Gartrell, B. D., van Andel, M., Stafford, K. J., Minot, E. O., McInnes, K. (2019). Prevalence and characterisation of wounds in sheep attributed to attacks by kea (Nestor notabilis) on high country farms in New Zealand. New Zeland Veterinary Journa,l 68(2):84-91.

https://www.stuff.co.nz/science/117060152/kea-attack-on-sheep-in-low-numbers-study-finds#:~:text=While%20the%20true%20nature%20of,sheep%20flesh%20could%20be%20eaten.

👉 Pour (Re)voir la vidéo sur les comportements alimentaires chez les perroquets :

2 réponses sur “Le perroquet, ce prédateur !”

  1. Bonjour,
    interressant comme article mais, est-il certain que les kiwis qui ont blesse le moutons voulaient s’en nourrir (predation) ou encore ont-il pris gout a la chair apres avoir voulu chasser les moutons de leur environnement…
    ou encore simplement blesse le mouton pour le chasser…car la, ca serait de la territorialite…

    1. Bonjour,
      comme précisé dans l’article, les auteurs pensent qu’il s’agit d’un comportement de prédation de la part des kéas mais ne l’affirment pas. Cela mériterait d’être approfondi. Cela reste cependant plus probable qu’une éventuelle territorialité car à ce jour, à ma connaissance, aucune étude scientifique n’atteste que les kéas seraient des animaux territoriaux…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *